Placement
Décryptage

L’assurance-vie pour soutenir des projets solidaires

par La rédaction - le 05/06/2022

Investir dans des fonds solidaires permet d’allier la performance financière et le financement de projets dotés d’un objectif d’utilité sociale. Pour répondre à la quête de sens d’un nombre croissant d’investisseurs, les acteurs de l’assurance-vie  s’intéressent aux placements comportant une dimension solidaire.

La finance solidaire est un domaine de la gestion financière qui repose sur différents mécanismes permettant de flécher l’épargne vers des produits financiers, lesquels financent des projets d’activité à forte utilité sociale et environnementale.

La finance solidaire attractive pour les investisseurs

Cette forme d’investissement est de plus en plus recherchée par les Français. Ils sont six sur dix accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placements (Enquête IFOP pour le FIR et Vigeo Eiris, sept. 2021). Et près d’un français sur deux considère avoir un impact réel sur l’environnement et la société en orientant son épargne vers des produits responsables.

Ce contexte favorable bénéficie à la croissance du secteur. En 2021 l’encours de la finance solidaire se monte à 24,5 milliards d’euros, d’après la 20e édition du Baromètre de la finance solidaire La Croix/Finansol, en hausse de 27% par rapport à l’année 2020.

Un secteur en forte progression

En 2020, l’encours total de la finance solidaire à 20,3 milliards d’euros, était déjà en hausse de 33% par rapport à l’année 2019, qui avait déjà battu des records, d’après les chiffres de la 19e édition du Baromètre de la finance solidaire La Croix/Finansol.

Jusqu’à présent, l’assurance-vie ne représentait qu’un petit flux de la finance solidaire, avec seulement 211 millions des encours de l’assurance solidaire en 2019. L’épargne salariale constituait la locomotive du secteur. Si c’est toujours le cas, l’assurance-vie affiche un dynamisme marqué en 2020 et 2021, grâce notamment à la loi Pacte de 2019.

L’impact de la loi Pacte

La loi Pacte a en effet renforcé l’offre d’investissements responsables des contrats d’assurance-vie en rendant obligatoire la présentation d’au moins une unité de compte solidaire. Depuis le 1er janvier 2020, les assureurs avaient déjà l’obligation de proposer au sein de leurs supports au moins une unité de compte labellisé ISR, ou une unité de compte vert, labellisée Greenfin ou  une unité de compte solidaire, portant le label Finansol.

Désormais, depuis le 1er janvier 2022, tous les contrats doivent proposer au moins trois supports financiers avec chacune de ces labellisations. Cette mesure a pour objectif de faciliter l’accès aux produits de la finance responsable. Elle a déjà permis de développer la part des unités de comptes solidaires dans les portefeuilles des particuliers.

Le label Finansol

Pour se repérer et choisir leurs unités de comptes solidaires, les investisseurs peuvent se référer au label Finansol créé en 1997 et réservé aux placements d’épargne solidaire. L’épargnant a ainsi l’assurance que son épargne permet de financer des activités génératrices d’utilité sociale ou environnementale : accès à l’emploi, au logement, soutien à l’agriculture biologique et aux énergies renouvelables ou encore à l’entreprenariat dans les pays en développement. Près de 150 placements labellisés Finansol sont disponibles à ce jour.

La rédaction

Voir tous ses articles

Placement

Comment investir en actions ?

Si l’investissement en actions comporte un risque en capital, il attire un nombre croissant d’épargnants. Le point sur les atouts des actions et sur  les modalités d’investissement.

Décryptage

Lire la suite